La Galerie

 

"Anima Animus" Claudia Moroni Exposition ouverte au public du 8 mars au 12 avril 2013

Passez la souris sur l'image pour Zoomer

Dans le cadre de la saison Borderline 2013, Vol de Nuits interroge les limites du genre en accueillant l?exposition ?Anima Animus? , projet de création initié par Vol de Nuits. Claudia Moroni est une photographe d?origine italienne spécialisée dans le portrait qui vit et travaille à Londres. Ses travaux ont été publiés sur la presse internationale et sur des revues telles que Wallpaper* et 1883 Magazine, ainsi que sur les édition online de The Guardian et Vogue Italia. En 2009 encore étudiante en photographie au Royaume Uni, Claudia est choisie pour représenter l?Italie pour un projet d?exposition internationale au Kosovo. Avec une formation de Beaux Arts à l?Académie de Brera, l?attention de Claudia s?est focalisée sur l?argentique et elle réalise tous ses travaux, du petit au grand format, de façon autonome dans sa chambre noire. Anima Animus est un projet inédit réalisé spécialement pour Vol de Nuits : une série de portraits de très grand format, noir et blanc à la chambre, de personnes trans* et genderqueer résidents en Angleterre. Les photos sont aussi accompagnées d?un texte qui dévoile le rapport entretenu entre le photographe et le sujet. Le projet a tellement frappé la sensibilité de Claudia qu?elle a décidé de continuer, au delà de l?exposition, un parcours photographique lié à la thématique du Borderline de genre et sa représentation photographique. Les portraits de Anima Animus, sont visuellement essentiels et simples, à la recherche d?une normalité qui est le leitmotiv de ses sujets. Loin des ostentation qui peuplent notre imaginaire, fait de parades multi couleur, d?une quête de diversité, les sujets de Claudia sont tout d?abords des gens, les plus normaux possibles, avec les joies et les problèmes de tout le monde. Le troisième sexe donc n?est plus l?extraordinaire défaut psychogénétique qui ne trouvait place dans le système binaire du sexe biologique. Pas de transgression dans le sens de l?ancien régime donc, car la seule vraie transgression d?aujourd?hui c?est celle d?être soi-même.
Dans le cadre de la saison Borderline 2013, Vol de Nuits interroge les limites du genre en accueillant l?exposition ?Anima Animus? , projet de création initié par Vol de Nuits. Claudia Moroni est une photographe d?origine italienne spécialisée dans le portrait qui vit et travaille à Londres. Ses travaux ont été publiés sur la presse internationale et sur des revues telles que Wallpaper* et 1883 Magazine, ainsi que sur les édition online de The Guardian et Vogue Italia. En 2009 encore étudiante en photographie au Royaume Uni, Claudia est choisie pour représenter l?Italie pour un projet d?exposition internationale au Kosovo. Avec une formation de Beaux Arts à l?Académie de Brera, l?attention de Claudia s?est focalisée sur l?argentique et elle réalise tous ses travaux, du petit au grand format, de façon autonome dans sa chambre noire. Anima Animus est un projet inédit réalisé spécialement pour Vol de Nuits : une série de portraits de très grand format, noir et blanc à la chambre, de personnes trans* et genderqueer résidents en Angleterre. Les photos sont aussi accompagnées d?un texte qui dévoile le rapport entretenu entre le photographe et le sujet. Le projet a tellement frappé la sensibilité de Claudia qu?elle a décidé de continuer, au delà de l?exposition, un parcours photographique lié à la thématique du Borderline de genre et sa représentation photographique. Les portraits de Anima Animus, sont visuellement essentiels et simples, à la recherche d?une normalité qui est le leitmotiv de ses sujets. Loin des ostentation qui peuplent notre imaginaire, fait de parades multi couleur, d?une quête de diversité, les sujets de Claudia sont tout d?abords des gens, les plus normaux possibles, avec les joies et les problèmes de tout le monde. Le troisième sexe donc n?est plus l?extraordinaire défaut psychogénétique qui ne trouvait place dans le système binaire du sexe biologique. Pas de transgression dans le sens de l?ancien régime donc, car la seule vraie transgression d?aujourd?hui c?est celle d?être soi-même.