JUIN

 

Artiste chaman, femme libre et engagée, Juin dessine et peint avec les lignes de sa main.

La ligne du cœur s’élance, danse, vire volte électrique et frondeuse, roule, gronde et groule, s’enroule en vagues généreuses, écume d’émotions, s ‘éclate en diffractions pailletées de lumière, nous abandonne éberlués de couleurs sur les rivages de mondes parallèles.

On y funambule au bord du plaisir, on y longe de sourdes douleurs , on y devine d’étranges fleurs délicates et carnassières, on y attrape la langueur de fièvres incandescentes.

La ligne de vie nous y attrape par la main, nous nargue d’un pied  ou deux, nous fait un clin d’œil et nous emberlifricote jusqu’à l’hypnotisme. Puisant à la source elle tisse une toile étoilée de l’énergie du monde, et nous emmène en voyage tribal dans une cosmogonie retrouvée, arpentant  un espace  imaginaire collectif, le kaleidoscope d’un mandala universel.

La ligne de tête aurait bien des choses à nous dire sur les femmes, et la difficulté d’être au monde, mais la ligne d’un trait efface les mots car elle n’a que le langage des images .

D’ailleurs la  ligne de Juin se joue d’elle autant que de nous, elle la délivre, l’ouvre et la recoud, et nous absous de la pesanteur d’être et de la gravité des choses.

 

                     Caroline Secq, artiste singulière

 
0 commentaire